Pollution quotidienne et santé


            Depuis quelques décennies maintenant on observe une augmentation accrue des produits chimiques dans notre environnement. Qu’il s’agisse de pesticides, de métaux lourds ou autres ils font partie de notre quotidien et sont présents partout.
On sait déjà pour la plupart d’entre eux qu’ils peuvent avoir des effets nocifs pour la santé. Mais qu’en est il de leurs rôle au niveau de notre système immunitaire ?

              Pour les pesticides la majorité des études ont mis en évidence leurs effets immunotoxiques. L’immunotoxicité d’une substance est sa capacité à détériorer le système immunitaire. Il peut s’agir d’immunosuppression,  d’hypersensibilité ou d’auto-immunité.
  • L’immunosuppression est une altération du système immunitaire conduisant à une diminution de la réponse immune, cela provoque entre autre des cancers .
  • L’hypersensibilité entraîne des réactions exagérées des défenses immunitaires lors d’un contact avec des pathogènes qui sont toléré chez des individus normaux. C’est ce qu’il se passe lors des réactions allergiques (dermites, asthme, anaphylaxie).
  • Enfin l’auto-immunité est une  réaction inappropriée du système immunitaire qui produit des lymphocytes T auto réactifs ou des auto anticorps dirigés contre les antigènes du soi.
Des chercheurs ont réalisés une expérience sur  13 viticulteurs fortement exposés à un pesticide, le mancozeb et les ont comparé à 13 sujets non exposés. Les viticulteurs exposés présentaient une diminution significative des taux  d'immunoglobulines E. Il y avait également une augmentation du nombre des lymphocytes T synonyme d’infection.

         La pollution de l’air est aussi pointée du doigt. Mélange de gaz d'échappement et de poussière des rues, les nuages de pollution, présentent de très fortes concentrations d'oxyde d'azote (NO2), d'ozone (O3) et de nitrate radical (NO3). Des études immunologiques ont montré que les protéines nitrées provoquent de très fortes réactions sur le système immunitaire : principalement des allergies. Cela parait très inquiétant puisque nous sommes quotidiennement en contact avec des nuages d’airs pollués, principalement en ville.

             Enfin, les composés perfluorés (PFC) sont un dernier exemple de produits toxiques que l’on rencontre dans notre quotidien. Il font partis des emballages alimentaires, des tissus imperméables ou des surfaces antiadhésives (poêle).  Ces produits se dégradent très lentement et restent incrustés dans les tissus organiques durant de longues années. On les soupçonne de freiner ou détériorer notre capacité à combattre les maladies et les virus (immunosuppression) et de déformer les immunoglobulines présentes à la surface des globules blancs (entraînant maladies auto immunes et allergies).

Il semble donc légitime de se poser des questions sur les dangers d’utilisation de ces quelques produits. Ce qui semble le plus inquiétant est que nous sommes en contact permanents avec ces substances immunotoxiques. Il s’agit donc d’une intoxication silencieuse et continue …

Fanny M.


Articles:

Aucun commentaire:

Publier un commentaire